Les Amis de l’Orgue

Cazouls lès Béziers

En 1984, sous l'impulsion de la Direction Regionale des Affaires Culturelles, procédant à l'inventaire des orgues de notre région, se constitue l'association "Les amis de l'orgue" à Cazouls. Son but: sauvegarder l'orgue  de l'église paroissiale St Saturnin. Celui-ci constitue en effet un témoin exemplaire de l'art de la maison "Theodore Puget, père et fils" facteurs d'orgues à Toulouse, depuis 1876. C'est en 1877 que Cazouls acquiert l'instrument, d'après le compte-rendu d'inauguration d'une revue religieuse, dans laquelle la commune se félicite de son acquisition, tant il répond à toutes les exigences d'une bonne facture. Faute d'entretien, il semble avoir fonctionné tant bien que mal jusqu'en 1950, date à laquelle il subit un léger nettoyage, puis de 1960 à 1984, personne ne semble se préoccuper de son sort, d'autant que les travaux de ravalement de l'église vont lui être préjudiciable.

Sous l'impulsion de l'association, et grâce à des subventions, des travaux sur l'instrument débuteront en 1990 : il est entièrement démonté, et débutera ainsi une nouvelle jeunesse, inaugurée par la commune en 1991.

Aujourd'hui l'association poursuit son but, dirigés par leur président, qui oeuvre activement pour récolter des fonds pour l'entretien attentif qu'il requiert il est par exemple accordé 3 fois par an. Il y a 2 ans, la refection de toute la tuyauterie a été effectuée par le facteur d'orgue de lodéve.

Pour obtenir des fonds, toute l'équipe des Amis de l'Orgue se mobilise en organisant des concert de musique classique, au sein de l'église à l'accoustique magnifique.

Ces concerts sont gratuits, mais une corbeille est disposée à l'entrée, à la discretion du public, toujours fidèle et nombreux.

La programmation s'étale de l'automne au printemps, et vous pourrez bientôt la consulter cet site internet, ainsi que l'historique, les projets et la composition de l'association.

L'orgue de l'église St Saturnin continuera done de résonner, grâce aux actions des "Amis de l'orgue" qui préservent ainsi un patrimoine illustre.

Gladys Picouleau, Septembre 2010